Mamoune 93

Mes recettes écolo, bio naturelles et mes avis sur un peu tout quand j'en ai... Et le reste aussi.

29 août 2009

suite des chroniques

Au tribunal de grande instance, j'ai assisté aux audiences des étrangers – maintenus en centre de rétention administrative – devant le juge des libertés et de la détention, le fameux JLD.

Il y avait un marocain, qui ne se souvient plus d'être marocain parce qu'il a eu un accident quand il est arrivé clandestinement en France. Il est devenu plus ou moins amnésique. Le môsieur n'a rien : ni papier, ni toit, pas même des souvenirs de son enfance et des parfums qui embaument la médina.

Il y avait un Pakistanais. Sans papier, sans toit, sans rien de ce que nous avons vous et moi, mais il avait ce dont nous sommes repus : la liberté d’être et de penser, de l’air plein la tête, le ravissement de voir se mouvoir les filles et leur jupe.

Aujourd'hui, une femme assez âgée de nationalité ivoirienne, s'est avancée pour me poser une question. Elle voulait surtout qu'on n’oublie pas de l'appeler. Coquine, la petite dame ridée avait aussi l’œil humecté de détresse.

Je l'ai rassuré. Mais elle a insisté :

tu m'appelles ? Je passe avec toi ? »

ben je ne sais pas, on verra !»

non, je veux avec toi, toi tu es gentille ma fille »

allez vous asseoir madame, on vous appellera, et s’il y a un problème vous viendrez me voir ».

Je crois que j’ai profondément énervé tout le monde ici. Tant pis, je m'en fous. Qu’ils aillent tous se faire foutre.

À la suite d'un entretien avec un Turc qui devait repartir, le flic-beau-gosse-au-cerveau-mouliné-menu a sorti les gourmettes. Ca avait l’air de lui faire tellement plaisir de sortir les menottes et de les visser aux poignets de ce monsieur chauve. Pouvoir et jouissance. Pourtant, le Turc en question était très coopérant, rien ne justifiait le passage des menottes. Si le monsieur avait été allemand, jamais il n’aurait subi cet affront. Oui, pardon l’espace Schengen permet aux européens de circuler librement. Si t’es mal né, si tu es de l’autre coté de la Méditerranée, les portes sont fermées. C’est ça Schengen, fermer les portes, rejeter comme on vomit de la bile, ce que les commissaires européens jugent « indésirables ». Liberté de circuler avez-vous dit ? Ça dépend pour qui.

J’ai eu honte devant ce Turc qui regardait le vide béant se creuser devant lui. J’ai eu honte. De rester assise là, avec mes jolies chaussures vernies, j’ai eu honte de ne rien dire au maton.

Posté par Mamoune93 à 20:40 - MES AMIES ECRIVENT - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

    comme d'habitude cette chronique me donne froid dans le dos!!!!!c'est bien de publier ca en éspérant que les choses changent (on peut rever....)

    Posté par lesptiteszazous, 31 août 2009 à 09:54
  • Coucou Mamoune !
    C'est moi "kohlanteuse", alias "CoCO" ...
    Je voulais te remercier pour ton ptit vote =)
    Et te dire que j'appréciais beaucoup ton blog, sympa, frais et sincère ...
    Je te souhaite un bon vendredi

    Posté par CoCO, 25 septembre 2009 à 10:19
  • 12

    coucou ma Ikik, juste pour te dire que nous sommes le 12 aujourd'hui !!!!!
    gros mouchous
    Ziz

    Posté par zizane, 12 janvier 2010 à 17:46

Poster un commentaire