Mamoune 93

Mes recettes écolo, bio naturelles et mes avis sur un peu tout quand j'en ai... Et le reste aussi.

03 mars 2009

à côté ...

« Seine Saint Denis style...fous donc ton gilet par balles...la Seine Saint Denis, c'est de la bombe baby »...chante ce matin dans mes oreilles le Suprême Nique Ta Mère.

De la bombe oui.

Sous un ciel gris comme le bâtiment administratif peinturluré de pollution devant lequel les usagers attendent pour leur carte grise ou leur passeport, gris comme la mastodonte d’acier et de verre soviétique devant lequel patientent des heures noirs et bridés, caramels et cafés, moustaches et voiles enserrant des visages résignés,

Sous le ciel tout gris de la Seine Saint Denis donc, je suis là moi aussi.

Un flic, grand, gras et très occupé à jouer avec son téléphone portable fait office d'agent de sécurité. Le gilet pare-balle et son ventre très rond obstruent le moindre de ces gestes.

Les demandeurs d'asile et les réfugiés statutaires se pressent pour entrer.

Comme chaque matin où, plus qu'ailleurs, j'ai l'impression que le ciel ne changera pas et restera comme ça, chargé, gris plomb.

L’accueil des demandeurs d'asile se passe correctement. Même si c'est un peu l'usine, le travail à la chaine. Les agents n’ont pas le temps. Ils n’ont ni l’envie d’esquisser un sourire, ni de renseigner les étrangers. Pourtant il est à peine neuf heures. Pourtant la journée ne fait que commencer. Pourtant ici le calme ambiant devrait apporter un peu plus de sérénité.

Ce n’est pas comme à coté où l'on renouvelle les titres de séjour, où les guichets sont engorgés, où les usagers collés aux vitres, exténués, hurlent et tapent contre les guichets, insultant les agents qui les insultent à leur tour à coups de délicats « des gens comme vous on n'en veut pas chez nous en France », où les enfants se font bousculer, où des deux cotés, tout semble pouvoir basculer.

Derrière les vitres, je regarde les yeux grands ouverts, je fixe les pupilles, les mains et les doigts qui se déploient. Je retiens en souvenir des visages, la pigmentation de la peau et l’implantation des cheveux, les vêtements et toutes ces mains, tous ces doigts qui se déploient là. Je regarde ce noir, cette haïtienne âgée, impériale, plein-le-dos des exactions commises par ces Chimères qui pourrissent dans les eaux cloacales de Port-au-Prince. Je me souviens de la beauté mauritanienne de ce cinquantenaire et des bruits que faisaient les bracelets d’une sri-lankaise. Je me souviens de ce monsieur turc petit et mal rasé qui avait insisté pour me remercier : mais merci pourquoi monsieur Turquie ? Pour un bout de papier valide trois mois ?

Un bout de papier Monsieur Turquie, ce n’est rien pour moi.

Posté par Mamoune93 à 19:46 - MES AMIES ECRIVENT - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire